Technique et mecanique du moteur 2 temps. La carburation .

La carburation est probablement le reglage le plus delicat a effectuer sur un moteur, Si une donnée approximative pour le gicleur principal et l'aiguille permet au moteur de fonctionner il est possible de peaufiner quasi a l'infini. Pour 2 moteurs identiques il peut y avoir des differences de réglage selon le montage, l'usure, l'avance etc, elles ne seront en principe que minimes quelques points au gicleur et peut etre 1 cran a l'aiguille.
Principe général
Le carbu fonctionne grace a la depression créée par le moteur qui aspire l'essence stockée dans une cuve, par le gicleur et le puit d'aiguille qui la vaporise en la melangeant avec l'air.
Le reglage :
Tout est donc important, le niveau de l'essence dans la cuve, si ça n'a pas été bidouillé ça bouge rarement tout seul, mais vous pouvez controler que tout est OK, flotteur et pointeau de coupure d'alimentation en essence. La cote de niveau de cuve est donné par le fabricant du carbu ou eventuellement dans le bouquin technique de votre becane.
On passe pour l'instant le gicleur "de ralenti", le gicleur principal ,en general au milieu du corps de carbu , alimente le melange par l'intermediaire du puit d'aiguille (une espece de tube percé). Au début de l'ouverture du boisseau c'est l'aiguille qui controle la quantité de carburant envoyé grace a sa différence de taille par rapport au puit d'aiguille, il existe d'ailleurs plusieurs taille d'aiguille. Puis dans le dernier tiers, environ, de l'ouverture du boisseau l'aiguille est quasi entierement sorti de son puits et c'est le gicleur qui gere l'alimentation.
Globalement le reglage carburation pour l'ouverture des deux premiers tiers du boisseau s'effectue par l'aiguille du boisseau, le gicleur ne fonctionnant vraiment que pendant le dernier tiers c'est a dire l'ouverture complete. En fait l'angle de coupe du boisseau sert pour le reglage pendant le premier tiers de l'ouverture de celui ci, mais a ce niveau le reglage devient trés fin et difficile a maitriser et a ressentir.
Pour le reglage chacun a sa technique, j'indique la notre qui a ,semble t'il, bien fonctionné.
On commence par trouver le bon gicleur principal, le mieux est de faire ce qu'on appelle un arrét carbu, tu roule a fond sur une ligne droite qui te permet de rester a donf quelques secondes puis tu coupe net le moteur en debrayant ainsi tu pourra regarder la couleur que prend la bougie a plein régime. Noir c'est trop riche, blanc c'est trop pauvre et marron c'est OK. Mieux vaut commencer par un gicleur trop gros que trop petit qui génére une carburation pauvre et peut casser ton moteur. Il va de soi que le moteur doit etre chaud et la bougie propre au depart du test.
Ensuite il faut régler l'aiguille qui joue grosso modo au milieu de l'accélération, je conseille donc de rouler sur un filet de gaz et accélerer franchement, si ça ratatouille c'est trop riche il faut donc monter le clips sur l'aiguille pour appauvrir le melange et si ça fait un trou style "Beuuh" c'est trop pauvre donc on baisse le clips sur l'aiguille pour enrichir.
Reste a régler le ralenti qui joue sur le tout début de l'accélération tu accélère un poil le régime avec la vis de ralenti (environ 1100 trs) puis avec la vis d'air tu cherche le point ou le régime est régulier, si ça s'emballe c'est trop pauvre si ça s'étouffe c'est trop riche.
Les ultras maniaques pourront jouer sur le puit d'aiguille et la coupe du boisseau mais personnellement je trouve que ça devient trés difficile a gérer par le commun des mortels et qu'il vaut mieux s'en tenir aux 3 données précédentes qui suffisent en principe a obtenir de bons résultats.


Retour haut de page